Manifestation de Barbès : des accusés sans histoire défilent à la barre

Par

Lundi et mardi, 11 prévenus comparaissaient pour des violences commises en marge de la manifestation propalestinienne à Paris samedi 19 juillet. Pompier volontaire, ingénieurs, étudiant en droit, la majorité des prévenus présentaient des parcours de vie respectables, vierges de tout casier judiciaire. Des profils plutôt inattendus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Son avocat lui fait les gros yeux. C., 18 ans à peine, semble perdu dans son box des prévenus dans la chambre 23 du tribunal de grande instance de Paris. « Je ne comprends pas, madame », adresse-t-il à la présidente, quand celle-ci lui demande s’il conteste les motifs de sa comparution. Le jeune homme chétif, qui vit chez ses parents à Toulouse depuis 2008, est accusé de jets de pierres, de barres de fer et de palettes de bois sur des policiers samedi 19 juillet. Les policiers ont formellement reconnu son visage enfantin dans le groupe des caillasseurs.