Palestine: les égarements de la France

Sarkozy, Hollande, Macron : les présidents se succèdent et leurs politiques à l’égard du conflit israélo-palestinien se ressemblent. En France, c’est l’interdiction de manifestations de soutiens aux Palestiniens et la confusion avec l’antisémitisme. Et sur le plan diplomatique, les échecs d’une absence de vision qui compose avec Netanyahou. Tous nos articles.

Israël-Palestine: le «manque de courage» d’Emmanuel Macron

Par et
Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu. © Ludovic Marin/AFP Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu. © Ludovic Marin/AFP

Ces derniers jours, la France a paru effacée et partiale. Une attitude qui s’explique d’un point de vue diplomatique, mais découle aussi de considérations liées à la situation intérieure française.

Conflit à Gaza: les gauches françaises entre indignation et tétanie

Par et

Alors que volent les allégations d’antisémitisme et que le sentiment d’impuissance face à cet interminable conflit s’accroît, la cause palestinienne ne semble plus portée par la gauche avec autant de vigueur qu’il y a dix ans. Certains réclament davantage de « courage ».

Dossier. Palestine : la jeunesse en révolte

Partie de Jérusalem, une flambée de violences a saisi le Proche-Orient. Des heurts inédits sont survenus dans les villes israéliennes, tandis que Gaza, en réponse aux tirs de roquettes, a subi une nouvelle pluie de bombardements avant qu’un cessez-le-feu soit obtenu. Nos analyses, entretiens et reportages.

Rassemblement à Toulouse pour les Palestiniens: solidarité populaire et défiance politique

Par
Lors de la manifestation pro-palestinienne de Toulouse, le 11 mai 2021. © ER Lors de la manifestation pro-palestinienne de Toulouse, le 11 mai 2021. © ER

Un rassemblement d'environ 300 personnes en soutien au peuple palestinien s’est tenu mardi 11 mai à Toulouse. Dans les rangs, une froide colère contre le gouvernement israélien, un appel à la solidarité entre les peuples, mais aucune illusion sur le positionnement du gouvernement français.

A Paris, l'impossible manifestation de soutien aux Palestiniens

Par et
Forte présence policière, à Paris, qui a empêché toute manifestation de soutien aux Palestiniens, samedi 15 mai. © JB/Mediapart Forte présence policière, à Paris, qui a empêché toute manifestation de soutien aux Palestiniens, samedi 15 mai. © JB/Mediapart

Une impressionnante mobilisation policière a empêché, samedi 15 mai, toute véritable manifestation parisienne en soutien aux Palestiniens, à la suite de l'interdiction des rassemblements à la demande du ministre de l'intérieur Gérald Darmanin. À Marseille, l'ambiance était calme. 

Bertrand Heilbronn: «On a l’impression que Darmanin veut créer des incidents»

Par

Face aux rassemblements de soutien aux Palestiniens qui s’organisent en France, l’exécutif emploie la méthode forte. Le ministre de l’Intérieur interdit des manifestations prévues samedi. Mercredi, le président de l’Association France Palestine Solidarité, Bertrand Heilbronn, a été interpellé à la sortie d’un rendez-vous au ministère des affaires étrangères, pour organisation d’un rassemblement «interdit». Il revient pour Mediapart sur sa garde à vue.

Pourquoi Macron joue la cellule diplomatique de l’Elysée contre le Quai d’Orsay  

Par
Emmanuel Macron arrive à Istanbul en octobre 2018 pour un sommet sur la Syrie. © Islam Yakut/ANADOLU/AFP Emmanuel Macron arrive à Istanbul en octobre 2018 pour un sommet sur la Syrie. © Islam Yakut/ANADOLU/AFP

En revendiquant une approche « pragmatique » mais « disruptive » de la politique étrangère, le président français est demeuré passif et impuissant face à Trump et Poutine, et muet face à Netanyahou. Mais il aura été actif dans la curieuse affaire Tiffany. Et il doit faire face aujourd’hui à une crise inédite de son appareil diplomatique, révélatrice d’une méthode de gouvernement très personnelle qui donne aux mots la priorité sur les actes.

A Jérusalem, Macron fait le show pour masquer son impuissance

Par
À l’entrée du domaine national de Sainte-Anne, le 22 janvier. © AFP À l’entrée du domaine national de Sainte-Anne, le 22 janvier. © AFP

En visite à Jérusalem, le président de la République s’est livré à une mise en scène de lui-même, suivant la méthode qu’il applique sur la scène internationale depuis le début de son quinquennat : faire des « coups ». 

Le conflit israélo-palestinien est le grand oublié de la diplomatie française

Par

Emmanuel Macron se rend en Israël et dans les territoires palestiniens les 22 et 23 janvier. Une visite essentiellement consacrée aux questions mémorielles. Depuis au moins dix ans, la France ne considère plus le conflit israélo-palestinien comme une « urgence ». Pour de nombreux diplomates, cette indifférence rend la situation « explosive ».

«Place de Jérusalem»: la faute d’Anne Hidalgo

Par

En inaugurant une « place de Jérusalem » sous le signe exclusif des liens entre la capitale française, sa communauté juive et Israël, la maire de Paris a oublié que la « Ville sainte » l’est également pour les chrétiens et les musulmans. Et qu’elle est aussi habitée par les Palestiniens, qui rêvent, malgré l’occupation et la colonisation, d’en faire la capitale de leur État.

«Antisionisme»: Macron dans les pas de Netanyahou

Par

Pour lutter contre l’antisémitisme, le président menace aujourd’hui des rigueurs de la même loi les antisémites et les défenseurs des droits humains qui dénoncent la politique indéfendable de l’État d’Israël à l’égard des Palestiniens.

Jérusalem: des entreprises françaises construisent le tramway de l’annexion

Par
Sur la première ligne de tramway, en 2014. © Reuters Sur la première ligne de tramway, en 2014. © Reuters

Alors que Paris affirme rester attaché, dans le conflit israélo-palestinien, à la solution à deux États, un rapport révèle que trois entreprises françaises sont impliquées dans l’extension du réseau de tramway de Jérusalem, qui contribue au développement de la colonisation et à l’annexion de fait de Jérusalem-Est par Israël. Et détruit toute solution reposant sur un partage de la terre et de la ville.

Macron, l’homme qui murmure à l’oreille des dirigeants qui ne veulent pas entendre

Macron murmure à l'oreille de Netanyahou, en juillet 2017. © Reuters Macron murmure à l'oreille de Netanyahou, en juillet 2017. © Reuters

Le président de la République, qui a été incapable d’infléchir les décisions de Trump, risque fort de ne pas être plus écouté par Benjamin Netanyahou sur le dossier palestinien. Était-il, dans ces conditions, indispensable de le recevoir mardi à Paris pour une inauguration en grande pompe ?

Série. Antisémitisme: les gauches suspectées

Par

Certaines gauches sont régulièrement accusées de complaisance envers l'antisémitisme. Procès infamant d'adversaires politiques droitisés ou constat que ces gauches délaissent la critique contre l'hostilité contemporaine contre les juifs? Retour, en trois volets, sur un débat qui déchire la gauche.

Des élus français interdits de se rendre en Israël pour délit d'opinion

Par

Sept responsables politiques français appartenant au Parti communiste, à La France insoumise et aux Verts n'auront pas de visa pour une mission auprès des prisonniers politiques palestiniens en Israël prévue en novembre. La raison : ils veulent rencontrer les détenus et ils ont parfois appelé au boycott d'Israël.

Salah Hamouri, détenu en Israël, se heurte au silence de la France

Par

Le maintien en détention du Franco-Palestinien a été confirmé par un tribunal de Jérusalem. Ses soutiens réclament une demande de libération officielle de la part de la France. Sa compagne redoute que les autorités françaises n’aient « acté qu’il va rester en prison ».

Axa et des banques françaises participent à la colonisation israélienne

Par

Huit organisations révèlent dans un rapport que quatre banques et une compagnie d’assurances françaises participent au capital d’entreprises israéliennes impliquées dans la colonisation de la Cisjordanie. Elles violent le droit international.

L’initiative française au Proche-Orient s’achève en naufrage

Par
Le discours de François Hollande, dimanche 15 janvier © REUTERS Le discours de François Hollande, dimanche 15 janvier © REUTERS

La conférence internationale organisée ce 15 janvier à Paris s’est tenue sans les principaux intéressés, Netanyahou, qui a refusé avec constance d’y participer, malgré les concessions de François Hollande, et Abbas, décommandé par l’Élysée à la dernière minute. Elle n’a abouti à rien.

Israël-Palestine: le fiasco de l'initiative française

Par

Lancée début 2016, l’initiative française au Moyen-Orient était destinée à relancer le dialogue entre Israéliens et Palestiniens. L’opposition d’Israël et l’incapacité de Paris à assumer politiquement son projet ont rendu impossible l’organisation de la conférence internationale prévue.

Israël-Palestine: les limites de l’initiative française

Par

Le document français proposé lors de la conférence de Paris sur le processus de paix israélo-palestinien bute sur un obstacle majeur : l'impuissance de la communauté internationale face à l’intransigeance et l’impunité du gouvernement israélien.

En Israël, Valls veut réparer des relations délabrées

Par

Alors que Benjamin Netanyahou vient d'offrir le ministère de la défense au raciste Avigdor Lieberman, Manuel Valls, qui donne des gages d’amitié à Israël, cherche à le convaincre d’accepter l’initiative diplomatique de Paris, sur fond de polémique sur l'adoption d'une résolution de l'Unesco.

Israël-Palestine: Netanyahou dit non à l’initiative française

Par

Avant même la première des deux conférences prévues par Paris pour tenter de ressusciter le dialogue entre Israéliens et Palestiniens, Benjamin Netanyahou a prévenu qu’il rejetait l’initiative française. Il veut s'en tenir à des négociations directes : elles ont échoué depuis près de vingt-cinq ans mais lui ont permis de remporter trois élections législatives.

Israël-Palestine: la reculade de Jean-Marc Ayrault

Par

Si la conférence proposée par la France pour relancer le dialogue israélo-palestinien échoue, Paris reconnaîtra l’État palestinien, avait averti Laurent Fabius avant de quitter le Quai d'Orsay. Face aux tirs de barrage israéliens, son successeur, estimant qu’un tel préalable est trop favorable aux Palestiniens, en a décidé autrement.

Israël-Palestine: «La France pourrait faire beaucoup, elle ne fait pas grand-chose»

Jean-Paul Chagnollaud, directeur de l’iReMMO et spécialiste de la Palestine, analyse les raisons des violences de ces deux dernières semaines en Israël et dans les Territoires occupés. Il critique également l'inaction de la France. « Depuis 2012, la France est dans une forme de pusillanimité et de renoncement », explique-t-il.

Palestine : la reconnaissance et après ?

Par

Avant de répondre au vote de la résolution symbolique des députés mardi, le gouvernement français veut porter une initiative à l’ONU. Objectif : l’établissement d’un État palestinien dans les frontières de 1967 d’ici à deux ans. Un projet jugé impossible par le chercheur Jean-François Legrain.

Gaza : Aubry corrige Hollande

Par

François Hollande a-t-il commis, vis-à-vis d'Israël et des Palestiniens la même faute que Nicolas Sarkozy par rapport à Ben Ali et aux Tunisiens, en ne mesurant pas l'ampleur de l'événement qui se déroulait sous ses yeux ? Martine Aubry le corrige à sa manière.

A Paris, cinquième manifestation pro-palestinienne

Par

Entre 3 000 et 10 000 manifestants ont défilé samedi après-midi à Paris en soutien au peuple palestinien de Gaza. C'est le cinquième week-end d'affilée qu'une manifestation pro-palestinienne était organisée.

En direct de Mediapart spécial Gaza

Par

Mediapart organisait jeudi soir une émission en direct de la rédaction autour de la situation à Gaza. Deux plateaux au programme : le premier sur la situation au Proche-Orient, le second sur les conséquences en France. Vidéos en "replay" dans l'article.

Défilé pour Gaza : paroles de jeunes manifestants

Par
 © Yannick Sanchez © Yannick Sanchez

Pour cette nouvelle mobilisation en faveur du peuple palestinien samedi à Paris, nous avons suivi un groupe de jeunes de la banlieue depuis Trappes, dans la banlieue ouest, où ils habitent, jusqu'au centre de la capitale, de la place Denfert-Rochereau aux Invalides où le rassemblement s'est terminé sans heurts. Première manifestation pour certains, énième pour d'autres.

Palestine : le revirement de Manuel Valls

Par et
Manuel Valls © Reuters Manuel Valls © Reuters

Depuis le début de la guerre menée par Israël à Gaza, Manuel Valls a été le plus virulent pour dénoncer les manifestations de soutien aux Palestiniens organisées en France et pour condamner ce qu’il appelle un « nouvel antisémitisme ». Des propos conformes à ses déclarations des dernières années, mais qui détonnent avec ses engagements passés comme maire d’Évry.

Première manifestation pro-israélienne à Paris

Par

Environ 5 000 personnes se sont rassemblées devant l'ambassade d'Israël à Paris le jeudi 31 juillet lors d'une manifestation de soutien à la politique d'Israël contre le Hamas. C'est le premier rassemblement pro-Israël organisé à Paris depuis le début du conflit.

« J'ai été dans une manif et maintenant, je suis un délinquant »

Par

A. a été condamné à quatre mois de prison avec sursis après les incidents de la manifestation de soutien à Gaza, interdite le 19 juillet. À 33 ans, cet informaticien, père de trois enfants, et au casier judiciaire vierge, ne comprend toujours pas ce qu'il lui est arrivé.

A Sarcelles, la manifestation du 20 juillet a mis la ville sous tension

Par
La police municipale sur la place des Flanades © Yannick Sanchez La police municipale sur la place des Flanades © Yannick Sanchez

La « petite Jérusalem », cité du « vivre ensemble », se relève difficilement des violences qui ont suivi la manifestation du 20 juillet. La communauté juive, tout comme le maire François Pupponi, dénonce des attaques antisémites. Mais le déroulé des événements, que Mediapart a retracé, est plus complexe. Et dit, en creux, une ville gérée communauté par communauté.

Comment la galaxie Dieudonné squatte les manifestations pour Gaza

Par
Photo postée sur Twitter le 20 juillet. © Twitter / J_ParisFans Photo postée sur Twitter le 20 juillet. © Twitter / J_ParisFans

Parmi les radicaux qui tentent de déborder le mouvement propalestinien, des sympathisants de Dieudonné et d'Alain Soral, regroupés en partie dans un nouveau collectif, « Gaza Firm ». Loin des milieux historiques de la cause palestinienne, ces jeunes, dépolitisés et nourris aux vidéos de la « Dieudosphère », viennent en découdre avec les organisations juives d'extrême droite.

Gaza : les deux manifestations en une à Paris

Par

Interdite, la manifestation de soutien à Gaza a réuni près de 5 000 personnes à Paris avant que n’éclatent des heurts en fin de rassemblement. Répondant à l’appel de partis politiques de gauche radicale, de mouvements pro-palestiniens et d’associations antiracistes, les manifestants ont alterné moments de fraternité et tensions internes musclées.

« Le droit de manifester, on ne peut pas nous l’enlever »

Par et

La manifestation de soutien à Gaza organisée mercredi à Paris a réuni au moins 15 000 personnes. Les quelques débuts d'échauffourées ont vite été étouffés dans un cortège hétérogène.

Manifestation de Barbès : des accusés sans histoire défilent à la barre

Par

Lundi et mardi, 11 prévenus comparaissaient pour des violences commises en marge de la manifestation propalestinienne à Paris samedi 19 juillet. Pompier volontaire, ingénieurs, étudiant en droit, la majorité des prévenus présentaient des parcours de vie respectables, vierges de tout casier judiciaire. Des profils plutôt inattendus.

Palestine : Monsieur le Président, vous égarez la France

Par

De l’alignement préalable sur la droite extrême israélienne à l’interdiction de manifestations de solidarité avec le peuple palestinien, sans compter l’assimilation de cette solidarité à de l’antisémitisme maquillé en antisionisme, François Hollande s’est engagé dans une impasse. Politiquement, il n’y gagnera rien, sauf le déshonneur. Mais, à coup sûr, il y perd la France.

A Barbès, manifestation interdite et souricière policière

Par
Au carrefour de Barbès, à 15h15, samedi 19 juillet. Manifestation pour la Palestine. © S.A Au carrefour de Barbès, à 15h15, samedi 19 juillet. Manifestation pour la Palestine. © S.A

La manifestation de soutien à la Palestine samedi, interdite par la préfecture avec l'accord du gouvernement, a dégénéré au bout de deux heures. Les manifestants étaient trop nombreux pour rester en place et canaliser ceux qui voulaient à tout prix en découdre. Les premières lacrymos ont dispersé l'essentiel d'une foule nombreuse, mais ont aussi transformé le quartier en théâtre de guérilla urbaine, entre CRS et jets de pierre.

La manifestation pour Gaza interdite à Paris, après une semaine sous tension

Par et

C’est une décision rarissime pour une manifestation de ce type : vendredi, le gouvernement a annoncé l’interdiction du défilé parisien de soutien à Gaza, prévu samedi. Au risque de heurter profondément ceux qui avaient prévu de manifester, déjà échaudés par le soutien de François Hollande à l’intervention militaire israélienne et par le rôle d'un groupuscule radical, la Ligue de défense juive.

En Israël et en Palestine, Hollande affiche une continuité sans envergure

Par

Lors de sa première visite officielle à Jérusalem et à Ramallah, le président de la République a assumé la continuité de la politique étrangère française en plaidant pour un État palestinien et en demandant l'arrêt de la colonisation.

Dossier : Israël-Palestine

Par

Le 8 juillet 2014, le gouvernement israélien lance une offensive militaire, baptisée Bordure de protection, contre le Hamas et la bande de Gaza. Ce dossier rassemble tous nos articles.

Tous les articles