Pourquoi Macron joue la cellule diplomatique de l’Elysée contre le Quai d’Orsay  

Par

En revendiquant une approche « pragmatique » mais « disruptive » de la politique étrangère, le président français est demeuré passif et impuissant face à Trump et Poutine, et muet face à Netanyahou. Mais il aura été actif dans la curieuse affaire Tiffany. Et il doit faire face aujourd’hui à une crise inédite de son appareil diplomatique, révélatrice d’une méthode de gouvernement très personnelle qui donne aux mots la priorité sur les actes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Lorsque Emmanuel Macron est arrivé à l’Élysée, il s’est retrouvé, sur la scène internationale, confronté à des interlocuteurs aussi difficiles que Trump, Poutine, Netanyahou ou Erdogan, note un diplomate en activité qui a requis l’anonymat. Tous avaient en commun, sous des formes et pour des raisons diverses, une pratique assumée de la stratégie de statu quo armé. C’est-à-dire d’un rapport de force politique adossé à une puissance globale, à une domination militaire, à un régime autoritaire ou à une capacité de dissuasion incontestables. Option qui permettait, sinon de résoudre les conflits, du moins de les gérer à bas bruit diplomatique pendant un certain temps. Face à de tels interlocuteurs, il a fait preuve de réalisme et de pragmatisme en constatant que, lorsqu’on ne peut pas faire bouger les lignes, l’acceptation du statu quo était la seule solution. »