Israël-Palestine: le «manque de courage» d’Emmanuel Macron

Par et

Ces derniers jours, la France a paru effacée et partiale. Une attitude qui s’explique d’un point de vue diplomatique, mais découle aussi de considérations liées à la situation intérieure française.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trois questions. Il aura fallu que trois questions soient posées sur le conflit israélo-palestinien, mardi 18 mai, à l’Assemblée nationale, pour qu’un membre du gouvernement, en l’occurrence le chef de celui-ci, se décide à parler de « politique de colonisation ». En répondant au député communiste André Chassaigne, qui l’interrogeait sur le silence de la France s’agissant des frappes israéliennes sur Gaza, Jean Castex a rappelé la demande de cessez-le-feu et de dialogue formulée quelques jours plus tôt, sur Twitter, par Emmanuel Macron.