Face à l’urgence climatique, les activistes écologistes ont soif de radicalité

Sous l’effet d’un été de sécheresse, d’incendies et de pénurie d’eau, les activistes pour le climat durcissent le ton. Sachant le soutien croissant de la population, certains assument de causer des dégâts matériels au nom de la lutte contre une violence systémique.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« J’ai 22 ans, et je sais que chaque été est le plus froid du restant de ma vie. Il faut qu’on soit à la hauteur de cette radicalité. » Au bout du fil, Alizée, militante pour le climat dans le collectif Dernière Rénovation, qui s’est fait connaître en s’attachant au filet en pleine demi-finale hommes de Roland-Garros le 3 juin dernier, témoigne d’un état d’esprit en voie de normalisation.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal