Retraites: l’insoutenable légèreté des socialistes

Par
Englués dans leur démarche présidentialiste, les socialistes avancent depuis un an des propositions contradictoires pour la réforme des retraites et s'écartent même fréquemment de leur plate-forme. Nombre d'entre eux ont oublié les engagements qu'ils avaient pris lors de la précédente réforme, en 2003. Analyse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mais quand donc les socialistes parviendront-ils à se mettre d'accord sur les retraites et à ne plus parler que d'une seule voix, sans arrière-pensées ni hypocrisies ? Alors que le pays se dresse contre la réforme inéquitable voulue par Nicolas Sarkozy, il y a, de fait, quelque chose de consternant à observer ce parti se déchirer perpétuellement sur le sujet.Loin d'être en phase avec la rue, s'appliquant à lui offrir un débouché politique, il est sans cesse miné par ses vieux démons, ceux du présidentialisme et du cavalier seul, avec des hiérarques qui défendent des positions somme toute assez proches de celles de l'Elysée et d'autres qui sont clairement dans l'opposition. Et en bout de course, des désaccords majeurs sur les dispositions à mettre en œuvre et des déchirements publics, dont la droite cherche à tirer avantage pour imposer son projet.