Marie-Noëlle Lienemann: «Bernie Sanders, c’est un peu mon parcours»

Par

La sénatrice PS de Paris est candidate à la primaire de la « Belle Alliance populaire » de janvier 2017. Elle se présente en candidate de la « cohérence », socialiste et pas sociale-démocrate : celle qui a dit non depuis le début du quinquennat. Elle juge sévèrement Hollande, Valls et  Macron. La gauche, dit-elle, « doit être à la hauteur de l’Histoire ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme Gérard Filoche, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, la sénatrice de Paris Marie-Noëlle Lienemann, 65 ans, est candidate à la primaire de la « Belle Alliance populaire » (PS et petits partis alliés) qui aura lieu en janvier 2017. Elle se place volontiers sous le patronage d'un Bernie Sanders, le rival malheureux d'Hillary Clinton, « un sénateur, élu local, socialiste, resté en lien avec l’appareil démocrate sans avoir peur de ses convictions, même quand il était un peu à rebours de l’époque ». Mediapart l'a rencontrée au Sénat pour discuter de François Hollande, de son ancien comparse au PS Jean-Luc Mélenchon, de son programme, de l'avenir de la gauche… et de sa longévité en politique.