Argent libyen: comment Nicolas Sarkozy a lâché les siens devant les juges

Par et

L’ancien président n’a pas hésité à désavouer à de nombreuses reprises sur procès-verbal ses deux lieutenants de toujours, Claude Guéant et Brice Hortefeux. « Je n’avais aucun élément pour connaître ce qu’était la réalité de leur vie », a-t-il déclaré, dénonçant des « fautes » et des fréquentations « incompréhensibles ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La stratégie n’est pas sans risque. Pour tenter de se sortir de la nasse judiciaire dans l’affaire des financements libyens, Nicolas Sarkozy a fini par désavouer à de nombreuses reprises devant les juges d’instruction ses deux lieutenants de toujours, Claude Guéant et Brice Hortefeux, qualifiant leur comportement en Libye de « faute », leurs décisions d’« erreurs » et leurs fréquentations d’« incompréhensibles », selon les 139 pages de procès-verbaux d’interrogatoire dont Mediapart a pu prendre connaissance en intégralité.