La course d’obstacles s’achève pour les villes contraintes de passer aux 35 heures

En janvier, tous les agents municipaux devront travailler 1 607 heures par an. Dans de nombreuses villes, cela signifie abandonner des jours de congés obtenus par le passé. Pour les maires de gauche, le casse-tête va laisser des traces. Certains refusent carrément d’appliquer la réforme.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Un long marathon qui s’achève, sans avoir complètement réglé les difficultés qui se poseront encore. Et laissant pour certains un gros point d’interrogation sur la suite. Dans des mairies un peu partout en France, les fêtes de fin d’année signent (presque) la fin de mois d’âpres discussions et de tentatives de mises en œuvre acrobatiques d’un principe désormais intangible : l’application des 35 heures de travail hebdomadaires pour tous les employés municipaux, dans les villes et les agglomérations.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal