Après la charge d'Aubry, le gouvernement est-il minoritaire au parti socialiste ?

Par

La maire de Lille publie un texte au vitriol contre la dérive du pouvoir socialiste, cosigné par ses proches et quelques socialistes « de gouvernement ». Quels débouchés ou conséquences peuvent découler de cette initiative ? Nul ne le sait vraiment. Mais la majorité issue du dernier congrès PS de Poitiers est en danger.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Martine Aubry se re-réveille. Ce mercredi, dans une tribune au Monde, l'ancienne première secrétaire du PS a fait feu sur le quartier général socialiste. Dans ce long texte ouvert à signatures (ici), la maire de Lille s'en prend au « marché de dupes » du pacte de responsabilité, au « désolant débat sur la déchéance de nationalité », ainsi qu'à la sortie de Manuel Valls contre la politique d'immigration d'Angela Merkel, qualifiée de « meurtrissure » et d’« indécent discours de Munich ». Elle dit aussi sa « colère » contre la loi sur le travail en préparation : « Que le patronat institutionnel porte ces revendications, pourquoi pas (…). Mais qu’elles deviennent les lois de la République, sûrement pas ! Pas ça, pas nous, pas la gauche ! »