Plus de 300 enfants livrés à eux-mêmes dans la «jungle» de Calais

Par

Alors que le tribunal administratif de Lille vient en partie d'autoriser l'expulsion de la zone sud de la lande, où vivent entre 1 000 et 3 500 migrants, la situation est des plus précaires pour les 326 mineurs isolés recensés sur place. ONG et associations appellent l'État à prendre ses responsabilités.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des dizaines d’enfants sans famille survivant dans la boue d’un bidonville. C’est en France que cela se passe, en 2016. Pour constater le désastre, la Défenseure des enfants s’est rendue à Calais dans la « jungle » quelques heures avant l’ultimatum fixé par la préfecture du Pas-de-Calais pour l’évacuation de la partie sud de la zone, sur laquelle vivent entre 1 000 et 3 500 réfugiés en transit vers la Grande-Bretagne.