L’extension de l’aéroport de Nice sous le feu des critiques

Par

Les opposants à l’extension de l’aéroport de Nice ouvrent cette semaine deux nouveaux fronts, avec un recours devant le tribunal administratif et une lettre à la Banque européenne d’investissement. En plus d’être une aberration climatique, le projet s’avère extrêmement coûteux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’extension de l’aéroport de Nice, que son gestionnaire privé espérait réaliser en toute discrétion en 2020, est sérieusement menacée. Le permis de construire, accordé par le préfet des Alpes-Maritimes le 13 janvier, au terme d’une enquête publique très polémique, autorise Aéroports de la Côte d’Azur (ACA) à agrandir le terminal 2, par la création de six nouvelles salles d’embarquement et d’une nouvelle salle de livraison des bagages. Ces travaux ont pour but de permettre l’accueil de 4 millions de passagers supplémentaires par an d’ici à 2023, sur une plateforme aéroportuaire qui a connu une forte croissance ces dernières années. 14 millions de passagers y ont transité en 2019, ce qui classe Nice au troisième rang français, après Roissy et Orly.