Rwanda: l’ère du mensonge

Par David Servenay

Vingt-cinq ans après le génocide, les fantômes du Rwanda divisent encore profondément l’armée française: d’un côté, les tenants de l’honneur de la France qui aurait tout fait pour ramener la paix ; de l’autre, les pourfendeurs des « fautes » inavouées de la politique menée par l’Élysée de François Mitterrand.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme tous ceux qui ont vu le génocide en face, le regard de Walfroy Dauchy finit par se perdre dans le vide à un moment de la conversation. Comme si toutes les images revenaient d’un seul coup : un voile gris passe dans les yeux, indélébile souvenir d'une horreur que les mots n'arrivent pas à décrire tout à fait. Le silence dure longtemps, plusieurs secondes, achevé par un soupir d'impuissance. Puis la conversation reprend, comme si de rien n'était.