Sens commun refuse le front républicain de Fillon

Parmi les militants sonnés par la défaite, l'appel à faire barrage à la candidate de l'extrême droite ne fait pas l'unanimité. Sens commun, le mouvement issu de la Manif pour tous, qui a pris une place centrale dans la campagne, refuse de soutenir un candidat qui s'attaque « à tous les socles de notre pays ».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Alors que reviennent au QG les ténors de la droite, sonnés, lui fait les cent pas dans la rue. Au moment où l’après-Fillon se prépare chez les Républicains réunis Porte de Versailles, Christophe Billan, le président de Sens commun, retrouve ses partisans dans un petit bar à proximité. Comme si, déjà, celui qui a pourtant été l’artisan de la victoire de François Fillon à la primaire n’était plus tout à fait en odeur de sainteté. Alors qu’une demi-heure plus tôt, François Fillon a clairement appelé à faire barrage à la candidate du FN, le président du mouvement issu de la Manif pour tous ne masque pas son désaccord. « Sens commun laissera une totale liberté à ses adhérents », explique-t-il à Mediapart. « Aucun électorat n’est captif. Marine Le Pen c’est le risque du chaos, mais Macron c’est la déconstruction de tous les socles de notre pays. Le choix est compliqué », poursuit-il alors qu’il s’apprête à rejoindre la porte-parole du mouvement, Madeleine de Jessey, et une poignée de sympathisants. « En ce qui me concerne, mon choix n’est pas fait. Je vais écouter ce que les candidats vont me dire. Les électeurs du Front national ne sont pas des monstres. Il faut leur parler », précise Christophe Billan.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Discriminations
Des témoins confirment l’humiliation infligée à une lycéenne voilée avant le bac
Jeudi 16 juin, une élève venue passer une épreuve du bac français dans un lycée parisien dit avoir été « agressée » par une responsable éducative qui n’aurait pas apprécié qu’elle vienne voilée et lui a fait rater le début de l’épreuve. Des témoins confirment la violence de la scène.
par Nejma Brahim
Politique — Analyse
Le nouvel ordre électoral : trois pôles et des incertitudes
Le second tour des législatives a confirmé la radicale nouveauté du paysage politique français depuis 2017. La majorité relative dont Emmanuel Macron doit se contenter génère cependant une situation pleine d’inconnues.
par Fabien Escalona
Exécutif — Analyse
Sans solution, Emmanuel Macron met la pression sur les oppositions
Trois jours après avoir perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale, le président de la République a tenté de minimiser son échec. Martelant que son programme devait être appliqué, il a enjoint à ses opposants de se prononcer sur leur volonté ou non de l’aider à le faire.
par Ilyes Ramdani
Police — Enquête
Affaire du Pont-Neuf : le policier a tué en tirant dans le dos
Fin avril, un policier a tiré à dix reprises au fusil d’assaut sur une voiture, faisant deux morts et un blessé grave sur le Pont-Neuf, à Paris. Les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, mettent à mal la thèse de la légitime défense : les balles mortelles ont atteint les victimes par le côté et l’arrière.  
par Pascale Pascariello et Camille Polloni

Nos émissions