Beltrame, "désaccords familiaux" et pellicules à Washington

Par
La deuxième journée de la visite d'Emmanuel Macron à Washington, premier dirigeant étranger à être reçu en visite d'Etat sous la présidence de Donald Trump, a donné lieu mardi à des scènes et des déclarations parfois inattendues.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

WASHINGTON (Reuters) - La deuxième journée de la visite d'Emmanuel Macron à Washington, premier dirigeant étranger à être reçu en visite d'Etat sous la présidence de Donald Trump, a donné lieu mardi à des scènes et des déclarations parfois inattendues.