Après deux jours de garde à vue, les «interpellés d’Arago» au tribunal

Une centaine de personnes ont été interpellées mardi soir lors d’une tentative d’occupation du lycée Arago, à Paris, dont de nombreux mineurs. Après 48 heures de garde à vue, et d’angoisse pour les parents, nombre d’entre elles se sont retrouvées au tribunal jeudi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans les couloirs du tout nouveau palais de justice situé porte de Clichy, jeudi 24 mai en début d’après-midi, des groupes de jeunes gens errent. Des policiers fébriles les suivent des yeux, quand ils ne les suivent pas carrément physiquement. À l’accueil, au rez-de-chaussée, on ne sait pas dire où se trouvent les « gardés à vue d’Arago ».