La «violence institutionnelle» de Parcoursup déstabilise les lycéens

Par

Les élèves de terminale ont reçu le 22 mai les premières réponses des établissements d'enseignement supérieur concernant leur orientation post-bac. C'est le baptême du feu de Parcoursup, la nouvelle plateforme. Résultat : la moitié des 810 000 candidats sont en attente. Mediapart a suivi le parcours de quatre d’entre eux cette année. Ils décryptent leurs réponses reçues et doivent eux aussi faire preuve de patience, non sans un certain stress. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Étonnamment, avant le verdict, aucun des quatre élèves de terminale que Mediapart suit depuis le début de la procédure d’admission post-bac n’était stressé (les articles qui leur ont été consacrés sont à relire ici et ). Le 22 mai, à 18 heures tapantes, ces lycéens ont tous essayé de se connecter sur la plateforme Parcoursup. Bien entendu, le site était inaccessible en raison d’une surcharge de trafic (prévisible) qui a duré une petite heure. Résultat pour notre panel : quelques désillusions, un peu d’attente, des stratégies à échafauder et une affectation d’ores et déjà satisfaite.