La défense de Patrick Balkany prend l’eau

Par

Le maire (LR) de Levallois-Perret ne convainc pas quand il est cuisiné à son procès sur le financement de son moulin de Giverny et de sa villa aux Antilles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sans être un supporteur de Patrick Balkany ni un défenseur de la fraude fiscale, on pourrait presque prendre en pitié le maire (LR) de Levallois-Perret, tant il s’enfonce de plus en plus à son procès, ouvert depuis le 13 mai au tribunal de grande instance de Paris. Après le volet fraude fiscale, qui a occupé la première semaine des débats, un second procès a débuté lundi 20 mai, avec les faits de blanchiment et de corruption, et doit se poursuivre jusqu’au 20 juin.