Luc Bérille (Unsa): «Le gouvernement doit tenir sur sa politique volontariste»

Très critique sur l’élaboration de la loi Macron, le secrétaire général du syndicat Unsa réfute pour autant l’idée d’un gouvernement inféodé au patronat. Luc Bérille pointe aussi les faiblesses du syndicalisme à la française. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Unsa progresse dans le paysage syndical, indéniablement. Première organisation chez IBM, Adecco ou encore Areva, le syndicalisme « autonome et positif » gagne aussi des points dans des entreprises emblématiques telles que la SNCF ou la RATP. Son secrétaire général, Luc Bérille, reconduit à la tête de l’organisation lors du congrès en mars dernier, ne se prive donc plus de critiquer ouvertement le gouvernement, mais aussi et surtout « les maisons d’en face », CGT et CFDT en tête, coupables selon lui de jouer un constant double jeu.