De Ricœur à Taguieff: la mémoire, l’histoire et les oublis de Macron

Par et

Assistant du philosophe Paul Ricœur lors de l’écriture de La mémoire, l’histoire, l’oubli, le président de la République semble avoir oublié les leçons de ce livre de référence. Car la « réinvention » qu’il n’en finit pas de promettre ressemble de plus en plus à une crispation identitaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Emmanuel Macron à qui je dois une critique pertinente de l’écriture et la mise en forme de l’appareil critique de cet ouvrage. » C’est sur cette phrase écrite par Paul Ricœur dans l’avertissement de son maître-ouvrage, La mémoire, l’histoire, l’oubli, que le président de la République a fondé une grande partie de son image d’intellectuel de la politique. Au-delà des petites polémiques sur son rôle exact d’assistant auprès du philosophe, il est intéressant de rouvrir ce livre à la lumière des controverses actuelles sur la mémoire coloniale et esclavagiste.