Affaire Benalla: l’Elysée joue la confrontation

Emmanuel Macron a juré mardi soir être le « seul responsable » de l’affaire Benalla. « Qu’ils viennent me chercher », a-t-il lancé. À l’Assemblée, les députés d’opposition n’ont pas été convaincus par l’audition d’un des principaux collaborateurs du président et réclament celle du secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler. Au Sénat, les syndicats de policiers ont dénoncé le rôle d’Alexandre Benalla, qui « faisait régner la terreur ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une faute individuelle, surtout pas une affaire d’État. Mardi 24 juillet, le pouvoir exécutif et la majorité ont une nouvelle fois tenté d’éteindre l’incendie déclenché par les révélations sur le rôle et le comportement d’Alexandre Benalla, un très proche collaborateur d’Emmanuel Macron depuis son arrivée à l’Élysée il y a un an.