A Paris, l’évacuation d’un camp de migrants finit en chasse à l’homme

Lundi soir, quelques centaines d’exilés, évacués une semaine plus tôt en Seine-Saint-Denis, s’étaient donné rendez-vous, avec leurs soutiens, place de la République pour y installer un campement. Les forces de l’ordre sont immédiatement intervenues pour les déloger. Donnant lieu à des scènes indignes. Reportage vidéo.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

Des migrants délogés de leur tente par la force, des soutiens jetés à terre, des élus malmenés. Lundi 23 novembre au soir, sur la place de la République, des centaines de migrants et leurs soutiens s’étaient donné rendez-vous pour ériger en urgence un campement. L’action intervenait une semaine après l’évacuation de milliers de migrants dans un campement de Seine-Saint-Denis. Depuis, des centaines de personnes dormaient dehors, sans solution de relogement.

Mais cette action a donné lieu à une forte répression policière. De fait, dès le 17 novembre, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, avait prévenu, déclarant à l’AFP : « Il est absolument nécessaire que ces camps puissent être traités et surtout ne pas se reconstituer. »

Le camp de la place de la République a donc été « traité » une heure après son installation par des gendarmes mobiles, CRS et policiers en civil. Sans solution de logement, les exilés ont, eux, de nouveau dû prendre leurs maigres affaires et sortir de la capitale.

  • Notre reportage avec Armel Baudet et Youmni Kezzouf

Les images ont forcé le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin à sortir de son silence. Dans un tweet nocturne, le ministre affirme avoir demandé « un rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police d’ici demain midi » (ce mardi donc) et annonce qu’il prendra « des décisions dès sa réception ».

Peu après 12 heures, c'est dans un autre tweet que le ministre a annoncé avoir reçu le rapport. Un document dans lequel le préfet Didier Lallement a « proposé la saisine de l’IGPN sur plusieurs faits inacceptables ». L’IGPN a donc été saisie et devrait, toujours selon Gérald Darmanin, « remettre ses conclusions sous 48 heures ». Celles-ci devraient être rendues publiques, a ajouté le ministre. 

À la Une de Mediapart

International — France
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Sports — Note de veille
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Justice — Enquête
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Terrorisme — Enquête
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne