A Paris, l’évacuation d’un camp de migrants finit en chasse à l’homme

Lundi soir, quelques centaines d’exilés, évacués une semaine plus tôt en Seine-Saint-Denis, s’étaient donné rendez-vous, avec leurs soutiens, place de la République pour y installer un campement. Les forces de l’ordre sont immédiatement intervenues pour les déloger. Donnant lieu à des scènes indignes. Reportage vidéo.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

Des migrants délogés de leur tente par la force, des soutiens jetés à terre, des élus malmenés. Lundi 23 novembre au soir, sur la place de la République, des centaines de migrants et leurs soutiens s’étaient donné rendez-vous pour ériger en urgence un campement. L’action intervenait une semaine après l’évacuation de milliers de migrants dans un campement de Seine-Saint-Denis. Depuis, des centaines de personnes dormaient dehors, sans solution de relogement.

Mais cette action a donné lieu à une forte répression policière. De fait, dès le 17 novembre, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, avait prévenu, déclarant à l’AFP : « Il est absolument nécessaire que ces camps puissent être traités et surtout ne pas se reconstituer. »

Le camp de la place de la République a donc été « traité » une heure après son installation par des gendarmes mobiles, CRS et policiers en civil. Sans solution de logement, les exilés ont, eux, de nouveau dû prendre leurs maigres affaires et sortir de la capitale.

  • Notre reportage avec Armel Baudet et Youmni Kezzouf

Les images ont forcé le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin à sortir de son silence. Dans un tweet nocturne, le ministre affirme avoir demandé « un rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police d’ici demain midi » (ce mardi donc) et annonce qu’il prendra « des décisions dès sa réception ».

Peu après 12 heures, c'est dans un autre tweet que le ministre a annoncé avoir reçu le rapport. Un document dans lequel le préfet Didier Lallement a « proposé la saisine de l’IGPN sur plusieurs faits inacceptables ». L’IGPN a donc été saisie et devrait, toujours selon Gérald Darmanin, « remettre ses conclusions sous 48 heures ». Celles-ci devraient être rendues publiques, a ajouté le ministre. 


À la Une de Mediapart

France — Documentaire
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Exécutif — Parti pris
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Gouvernement
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Cac 40
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne