« Attentat », « terrorisme » : des notions à géométrie variable

Comment faut-il qualifier l’attaque qui a fait vendredi trois morts à Paris parmi la communauté kurde ? En 2020, nous nous interrogions déjà : existerait-il une différence de traitement pour qualifier des exactions dès lors qu’elles sont le produit de l’idéologie djihadiste ou de l’ultradroite ? Pour essayer de comprendre, nous avions consulté les textes de loi et recueilli les témoignages d’une demi-douzaine de magistrats et de policiers de la lutte antiterroriste.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Après la tuerie de la rue d’Enghien, à Paris, qui a fait trois morts et trois blessés au sein de la communauté kurde, la question se pose une nouvelle fois de la qualification de ces faits. Une enquête a été ouverte des chefs de tentatives d’assassinat, assassinats, violences avec arme et infractions à la législation sur les armes.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal