Un fantôme brésilien revient hanter le président d'EDF et le directeur de l'APE

Par

La justice brésilienne a présenté une demande d’entraide internationale à la France, touchant notamment Jean-Bernard Lévy, président d’EDF, et Régis Turrini, directeur de l’agence des participations de l’État. Ces ex-responsables de Vivendi sont soupçonnés de délits d’initiés lors du rachat de l’opérateur brésilien de télécom GVT, en 2009.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela risque de faire désordre. Le nouveau président d’EDF, Jean-Bernard Lévy, le nouveau directeur de l’agence des participations de l’État, Régis Turrini, sont soupçonnés par la justice brésilienne de délits d’initiés et de manipulation de cours, alors qu’ils étaient dirigeants de Vivendi. Selon nos informations, la justice brésilienne a transmis aux autorités françaises une demande d’entraide judiciaire le 4 septembre 2014. Celle-ci a été reçue officiellement – compte tenu de la lourdeur des procédures – le 20 novembre par les autorités françaises. La justice instruit le dossier pour savoir quelles suites donner à cette demande.