Cadres, seniors et intermittents, victimes des nouvelles règles de l'assurance-chômage

Par

Le patronat et trois syndicats (CFDT, FO, CFTC) sont parvenus à un accord à l'arraché sur de nouvelles règles d'indemnisation du chômage à compter du 1er juillet prochain. Le texte instaure un système de « droits rechargeables » mais durcit le régime des cadres, seniors et intermittents.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Finalement, ils ont arraché un compromis. Après deux jours de négociations houleuses, souvent désespérantes, d’abord en séance plénière autour de la table puis dans les couloirs du Medef en conciliabules informels (que vous pouvez revivre ici sur le site des Échos), patronat et syndicats se sont mis d’accord sur un nouveau système d’indemnisation des demandeurs d’emploi dans la nuit du vendredi 21 au samedi 22 mars, l’un des plus gros chantiers sociaux de ce début d’année. Ils avaient jusqu'à fin mars pour négocier de nouvelles règles dans un contexte de chômage record et de déficit abyssal de l’Unedic, l’organisme gestionnaire de l'assurance-chômage. En cas d’échec, l’État reprenait la main sur le paritarisme.