Après l'assassinat du policier Xavier Jugelé: «Veillons à la paix»

Par

Lors de l'hommage national au policier Xavier Jugelé tué sur les Champs-Élysées le 20 avril, son compagnon Étienne Cardiles a appelé à la paix. « Pour ce qui me concerne, je souffre sans haine », a-t-il affirmé, reprenant les mots du compagnon d'une autre victime du terrorisme au Bataclan.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Devant la préfecture de police de Paris, plus de 500 policiers patientent devant un écran retransmettant la cérémonie d’hommages à Xavier Jugelé, leur collègue tué à 37 ans, le 20 avril 2017 sur les Champs-Élysées, par Karim Cheurfi. Un vent glacial souffle. Quand dans la cour de la préfecture, son compagnon Étienne Cardiles, diplomate au quai d’Orsay, prend la parole, c’est pour lancer un appel à la paix et donner l’image d’un homme, d’un pays plus généreux et fort que les terroristes.