Devant la préfecture de police de Paris, plus de 500 policiers patientent devant un écran retransmettant la cérémonie d’hommages à Xavier Jugelé, leur collègue tué à 37 ans, le 20 avril 2017 sur les Champs-Élysées, par Karim Cheurfi. Un vent glacial souffle. Quand dans la cour de la préfecture, son compagnon Étienne Cardiles, diplomate au quai d’Orsay, prend la parole, c’est pour lancer un appel à la paix et donner l’image d’un homme, d’un pays plus généreux et fort que les terroristes.