Paris a demandé à Washington d'épargner l'usine Lafarge en Syrie

Par
La France a demandé à l'automne 2014 aux Etats-Unis de ne pas bombarder la cimenterie de Lafarge dans le nord de la Syrie, alors occupée par des combattants de l'Etat islamique (Daech), qui est actuellement au coeur d'une information judiciaire pour financement du terrorisme et mise en danger délibéré d'autrui.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - La France a demandé à l'automne 2014 aux Etats-Unis de ne pas bombarder la cimenterie de Lafarge dans le nord de la Syrie, alors occupée par des combattants de l'Etat islamique (Daech), qui est actuellement au coeur d'une information judiciaire pour financement du terrorisme et mise en danger délibéré d'autrui.