Face à l’abstention, la singularité corse

Par

En Corse, le premier tour des territoriales a mobilisé deux fois plus d’électeurs que sur le continent. Lisibilité des enjeux, clarification de l’offre politique, proximité géographique... Des particularismes expliquent cette originalité, mais l’île offre aussi quelques pistes de réflexion démocratiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis que l’abstention a été déclarée grande gagnante du premier tour des élections régionales et départementales, les responsables politiques redoublent d’imagination pour trouver la solution qui leur permettra d’enrayer ce phénomène croissant. Reconnaissance du vote blanc, mise en place du vote électronique et/ou du vote par correspondance, fusion des scrutins, participation obligatoire… Dans l’emballement général, un éditorialiste a même envisagé la possibilité d’une « punition douce et démocratique » pour les abstentionnistes.