Brahim Asloum, entrepreneur-boxeur démissionné pour conflit d'intérêts

Par

Selon nos informations, l’ancien champion olympique, qui a lancé cette année une franchise privée en partenariat avec la chaîne de télévision SFR Sport, a bénéficié de moyens de la Fédération, dont il est vice-président, pour développer son business. Sollicités par Mediapart, le ministère et la Fédération annoncent sa démission express.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En août 2016, il était le parrain haut en couleur d’une équipe de France de boxe établissant un nouveau record de titres lors des Jeux olympiques de Rio, sous ses vivats enthousiastes de consultant télé. Mais à peine un an plus tard, l'or s'est transformé en plomb pour l’ancien boxeur, lui-même médaillé d'or olympique en 2000. Selon nos informations, Brahim Asloum, qui est aussi vice-président de la Fédération française de boxe (FFB), a bénéficié en dehors de tout cadre conventionnel des moyens fédéraux pour développer sa petite entreprise. Une nouvelle franchise privée, les « Fighting Roosters », lancée en partenariat avec la chaîne de télévision SFR Sport. Au fil de notre enquête, la FFB et le ministère des sports ont annoncé à Mediapart la démission illico de Brahim Asloum. Sera-t-il le seul à aller au tapis de cette séquence ? Pas sûr, car d'autres dirigeants fédéraux pourraient également friser le K.O.