Emplois fictifs: Chirac et l’UMP règlent l'addition avant le procès

Par

Ce n'est pas un aveu... mais cela y ressemble. Jacques Chirac et le parti présidentiel s'engagent à rembourser 2,2 millions d'euros à la Ville de Paris dans le dossier des «emplois fictifs». Ce règlement de comptes n'empêchera pas l'ancien maire et président de la République d'être jugé, dans cette affaire, pour «détournements de fonds publics»

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n'est pas un aveu.... mais cela y ressemble fort. Jacques Chirac et l'UMP sont sur le point de rembourser 2,2 millions d'euros à la municipalité parisienne. Soit une bonne moitié de la facture correspondant aux «emplois fictifs de la Ville de Paris». Révélé par Le Canard enchaîné du 25 août, cet accord est élaboré par l'actuel parti présidentiel et l'ancien président de la République. L'information a été confirmée par la municipalité dirigée par Bertrand Delanoë, selon laquelle ce protocole sera bientôt soumis au vote du Conseil de Paris.