Le rapport à charge d'Amnesty contre la politique d'expulsion des Roms

Par

L'ONG Amnesty International dévoile, ce mercredi 25 septembre, un rapport sur les « expulsions forcées de Roms en France », réalisé entre juin et juillet 2013 dans les agglomérations lilloise et lyonnaise. Le document vise le laxisme d'Etat et plus spécifiquement le ministre de l'intérieur, Manuel Valls. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après un rappel des diverses citations de Manuel Valls, Amnesty International entame son rapport à résonance politique sur une promesse que François Hollande avait faite à l’ONG le 7 février 2012 : « Je souhaite que lorsqu’un campement insalubre est démantelé, des solutions alternatives soient proposées. » Constat amer pour Amnesty International : « Durant les mois de juillet et août 2013, 3 746 Roms ont été expulsés à l’occasion de 39 opérations d’évacuation et 320 ont été évacués suite à trois incendies. Lors de ces 42 évacuations qui ont touché 4 066 personnes en deux mois, des solutions temporaires de relogement ont été proposées dans 19 cas. » Cette année, les chercheurs d’Amnesty International ont concentré leurs recherches sur deux sites (voir cartes ci-dessous) qui rassemblent « près d’un quart de la population rom en France » : l’agglomération lilloise (3 300 Roms) et Lyon et sa banlieue (1 126 Roms).