Parcoursup, un stress certain et un bilan incertain

Par

La phase complémentaire de Parcoursup s’est achevée le 21 septembre. Près de 1 000 candidats sont encore en attente d’une affectation. En attendant un bilan exhaustif, tous les acteurs s’accordent sur son caractère plus anxiogène pour les élèves que son prédécesseur APB.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il faudra encore patienter (un peu) pour obtenir un bilan exhaustif de Parcoursup. La procédure d’orientation dans l’enseignement supérieur s’est achevée le 21 septembre. Frédérique Vidal, la ministre de l’enseignement supérieur, a livré ce jour, lors d’une conférence de presse, les premiers enseignements du nouveau dispositif d’affectation et ses futures évolutions.

Sans surprise, ceux-ci sont positifs. La ministre a déjà dévoilé dans le JDD les contours des aménagements à opérer pour optimiser la procédure l’année prochaine même si, selon elle, le logiciel a rempli ses principaux objectifs. Le reste relève presque du détail même si aujourd’hui 955 candidats – en majorité issus des filières technologiques et professionnelles – sont encore en attente d’une affectation. Le ministère assure qu’ils sont accompagnés.