De Roubaix, Suraya Alizada veut sauver sa famille des talibans

Par Clémence de Blasi (Mediacités)

Cette journaliste de 28 ans a dû fuir son pays, l’Afghanistan, pour échapper aux poursuites des talibans. Réfugiée dans le Nord depuis trois ans, elle tente d’alerter sur la situation des femmes de sa famille, à leur tour persécutées, et lance un appel aux autorités françaises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Roubaix (Nord).– Sur la table du café, devant elle, Suraya Alizada a déposé une épaisse liasse de papiers. Plusieurs exemplaires du journal pour lequel elle a travaillé quelques années en tant que reporter, 8am.af, dont elle lisse la une nerveusement. Des feuilles volantes, aussi. Sur l’une d’elles se découpe nettement une calligraphie en farsi. Une courte lettre, estampillée d’un tampon rouge sang : le cachet officiel de l’Émirat islamique d’Afghanistan. « Tu ne pourras pas t’échapper des mains de nos braves moudjahidine, et c’est toi qui es responsable de tes actes », la préviennent les talibans en août 2017.