Notre-Dame-des-Landes: le gouvernement souffle le chaud et le froid

Par

Commission de dialogue, report des premiers travaux, mais aussi intervention policière (une centaine de blessés dénombrés) et réaffirmation de la nécessité de l’aéroport : le gouvernement ouvre et ferme en même temps la porte au dialogue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le gouvernement est-il en train d’ouvrir la porte au dialogue sur le projet très contesté d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ? Pour la première fois, il en a donné quelques signes ce week-end. Samedi soir, un communiqué de Matignon annonce la réunion la semaine prochaine d’une « commission de dialogue » afin « d'exposer ce projet et d'entendre toutes les parties prenantes ».