Les vérités d’un ex-détenu de Guantanamo relaxé

Par

Mourad Benchellali, 26 ans, était certain de «perdre». Certain d’être condamné une nouvelle fois. Certain, qu’encore, la justice française lui refuserait son «statut de victime» de Guantanamo, où il a passé deux années, entre 2002 et 2004. Il a finalement... gagné. Mourad Benchellali est l’un des cinq anciens détenus français du camp américain relaxés, mardi 24 février, par la cour d’appel de Paris du chef d’«association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste», après une condamnation en décembre 2007. Mediapart l’a longuement rencontré. Témoignage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mourad Benchellali, 26 ans, était certain de «perdre». Certain qu’il serait condamné une nouvelle fois. Certain que la justice française lui refuserait, encore, le statut qu'il réclame de «victime» des dérives de l’administration Bush et de l’un de ses symboles les plus violents, le camp de Guantanamo, où il a passé deux années entre 2002 et 2004. Il a finalement gagné. Mourad Benchellali est l’un des cinq anciens détenus français de Guantanamo qui ont été relaxés, mardi 24 février, par la cour d’appel de Paris du chef d’«association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste», après une condamnation en décembre 2007.