François Pérol triple son salaire

Par
Pour faire taire les controverses que sa nomination avait suscitées et apporter la preuve qu'il acceptait cette mission de manière désintéressée, le patron de BPCE, François Pérol, a perçu en 2009 une rémunération brute annuelle de 550.000 euros pour la part fixe mais a renoncé à la part variable. Pour 2010, le conseil de surveillance de la banque a décidé mercredi que sa rémunération (parts fixe et variable) pourrait atteindre au maximum 1.650.000 euros, selon des informations obtenues par Mediapart. Les contribuables qui ont renfloué la banque risquent de ne guère apprécier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le conseil de surveillance de la banque BPCE, qui s'est tenu 24 février 2010, a décidé pour 2010 de tripler la rémunération annuelle de son président, François Pérol, et de lui attribuer de surcroît une indemnité de 60.000 euros pour frais de réception et de représentation, selon des informations confidentielles obtenues par Mediapart. Compte tenu de la crise gravissime qu'ont traversée les Banques populaires et les Caisses d'épargne, à l'origine de la fusion des deux banques, puis des aides que l'Etat a apportées aux deux établissements, et enfin des conditions tourmentées de l'arrivée de François Pérol, ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée, à la présidence de la banque fusionnée, cette hausse formidable risque de relancer de très vives polémiques (retrouver tous nos articles sous l'onglet Prolonger).