François Pérol triple son salaire

Pour faire taire les controverses que sa nomination avait suscitées et apporter la preuve qu'il acceptait cette mission de manière désintéressée, le patron de BPCE, François Pérol, a perçu en 2009 une rémunération brute annuelle de 550.000 euros pour la part fixe mais a renoncé à la part variable. Pour 2010, le conseil de surveillance de la banque a décidé mercredi que sa rémunération (parts fixe et variable) pourrait atteindre au maximum 1.650.000 euros, selon des informations obtenues par Mediapart. Les contribuables qui ont renfloué la banque risquent de ne guère apprécier.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le conseil de surveillance de la banque BPCE, qui s'est tenu 24 février 2010, a décidé pour 2010 de tripler la rémunération annuelle de son président, François Pérol, et de lui attribuer de surcroît une indemnité de 60.000 euros pour frais de réception et de représentation, selon des informations confidentielles obtenues par Mediapart. Compte tenu de la crise gravissime qu'ont traversée les Banques populaires et les Caisses d'épargne, à l'origine de la fusion des deux banques, puis des aides que l'Etat a apportées aux deux établissements, et enfin des conditions tourmentées de l'arrivée de François Pérol, ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée, à la présidence de la banque fusionnée, cette hausse formidable risque de relancer de très vives polémiques (retrouver tous nos articles sous l'onglet Prolonger).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Éducation — Enquête
Éducation à la sexualité : Mediapart révèle un rapport d’inspection enterré par Blanquer
Un rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale, qui établit la trop faible efficacité de l’éducation à la sexualité, est resté un an dans les tiroirs de Jean-Michel Blanquer. Son successeur, Pap Ndiaye, semble enfin vouloir faire de cette politique publique une priorité.
par Mathilde Goanec et Pierre Januel
Musique — Enquête
Harcèlement en ligne : Booba et ses ultras
Une cuisinière, un producteur, des journalistes, une photographe, la femme du rappeur Maître Gims ou Magali Berdah, l’agente des stars de la téléréalité : le monument du rap français ne retient jamais ses coups sur les réseaux sociaux contre celles et ceux qu’il considère comme ses ennemis. Il emmène avec lui des milliers de fans aux méthodes confinant souvent au cyberharcèlement.
par Khedidja Zerouali
Essais — Entretien
Nastassja Martin : « L’effondrement de l’URSS a permis à l’inimaginable d’advenir »
Dans son ouvrage « À l’est des rêves », l’anthropologue Nastassja Martin étudie comment un collectif autochtone du Kamtchatka a su se saisir de la crise systémique du système soviétique pour regagner son autonomie. Et nous tend ainsi un miroir grossissant. Entretien.
par Joseph Confavreux
Europe
Favorite des élections, la droite italienne commence à se déchirer
Alors que la victoire lui semble acquise lors des élections législatives du 25 septembre, la coalition de droite et d’extrême droite italienne paraît désormais plus préoccupée par la concurrence interne entre ses membres.
par Romaric Godin