Un employé de France Télécom Orange s'immole par le feu

Par
Un employé de France Télécom-Orange s'est tué mardi près de son ancien lieu de travail, à Mérignac (Gironde). Il avait subi plusieurs mutations forcées sous l'ère Lombard, l'ancien PDG. Le malaise social reste profond dans le groupe dirigé désormais par Stéphane Richard. Explications et entretien vidéo avec Yves Minguy, de l'association «Les Blessés de Next».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C'est l'horreur. Abominable.» Sébastien Crozier, directeur de la stratégie et de l'innovation chez France Télécom Orange, élu CFE-CGC-Unsa, n'a pas de mots assez forts pour commenter le drame de Mérignac (Gironde). Mardi matin, Rémy L., un homme de 57 ans, entré chez France Télécom il y a trente ans, s'est immolé par le feu sur le parking d'un immeuble du groupe. «C'est un acte d'une extrême violence», estime Nathalie Dequeker, de Sud-PTT. Du jamais vu, dans une entreprise qui a pourtant connu entre 2008 et 2010 une vague alarmante de suicides ayant révélé un profond malaise social, sur fond de restructurations incessantes et de mobilités forcées. «L’entreprise est bouleversée, c’est le temps du choc», a commenté mardi la directrice exécutive d’Orange France, Delphine Ernotte, qui s'est rendue sur place et a promis «toute la lumière» sur le suicide. Mercredi matin, deux rassemblements des salariés étaient prévus à Bordeaux et Mérignac en hommage au suicidé.