«Marée populaire»: à Paris, un méli-mélo réussi

Militants politiques et associatifs, syndiqués, simples citoyens, les opposants à la politique d’Emmanuel Macron ont défilé unis et dans une ambiance bon enfant, samedi 26 mai. Pour la première fois, la CGT se ralliait à un appel émanant d’organisations politiques et associatives. Reportage dans le défilé parisien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une femme embrasse un nouveau venu dans le cortège, près du camion de la CGT 92 : « Salut, on se connaît, non, mais d’où ? » Militants associatifs, syndicalistes, partisans politiques, la « Marée populaire » du 26 mai à Paris a des allures de grand forum social, où l’on rencontre des gens forcément croisés ailleurs, un autre jour, dans une manifestation pour les sans-papiers, une action pour le droit au logement ou encore un défilé pour sauver les services publics.