A droite, une fin de campagne ternie par les scandales de procurations

Par

Dans deux villes emblématiques pour la droite, Marseille et Bordeaux, la fin de campagne des élections municipales a été marquée par des soupçons de fraude aux procurations qui embarrassent LR.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au siège des Républicains, on assure qu’il s’agit d’un non-sujet. Les soupçons de fraude aux procurations qui minent pourtant cette fin de campagne pour la droite sont un sujet tabou. Dans la dernière ligne droite, Christian Jacob, qui a récupéré il y a un an un parti en miettes, préfère rappeler que ce scrutin est déjà, après un long cycle de défaites, une victoire pour son camp. Alors que l’enjeu de ces élections municipales pour LR est de conserver son dernier trésor de guerre, son ancrage territorial, le parti aligne deux chiffres : dès le premier tour, 56 % des communes de plus de 9 000 habitants et 70 % des villes de plus de 30 000 habitants ont été remportées par la droite.