Macron estime avoir évité un troisième tour social

Par

Malgré la promesse de nouvelles mobilisations, le président de la République est désormais convaincu d’avoir gagné la bataille des ordonnances réformant le code du travail. Ces dernières signées, le gouvernement assure rester à l’écoute des partenaires sociaux pour la suite des décrets d’application. Mais d’une oreille seulement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Une faute morale » pour Christophe Castaner, des propos « indignes et honteux » pour Muriel Pénicaud... Dimanche 24 septembre, les ministres invités à s’exprimer sur la manifestation organisée la veille par La France insoumise ont cristallisé leurs réactions sur une phrase du discours de Jean-Luc Mélenchon : « C’est la rue qui a abattu les nazis. » Une phrase qui leur a permis de dénoncer, comme ils le font depuis plusieurs semaines, ce que le porte-parole du gouvernement qualifie de « violence verbale qui peut mener à tous les excès ». Une phrase, aussi, qui leur a évité de s’étendre sur les mobilisations à venir : celle des routiers, qui démarrait lundi et a été reconduite, celle des retraités (le 28 septembre) ou encore celle de la fonction publique (le 10 octobre). Sans même parler des étudiants qui s’apprêtent à faire leur rentrée.