Heures sup, l'échec et le coup de grâce

Par
La détaxation des heures sup était l'emblème du «travailler plus pour gagner plus» sarkozyste. Trois ans après sa mise en œuvre, une étude économique en démontre l'«inefficacité», l'«injustice», ainsi que le coût faramineux pour le budget de l'Etat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le bouclier fiscal est à l'agonie. Et voilà que l'exonération des heures supplémentaires, autre emblème du paquet fiscal de 2007 (la loi dite Tepa, «travail, emploi, pouvoir d'achat»), censée consacrer le «travailler plus pour gagner plus», est massacrée par une étude récente, révélée par Le Figaro (cliquer ici pour la télécharger).