Attentats: les zones d'ombre de l'enquête

Par

Les enquêteurs ignorent encore le nombre des terroristes ayant participé aux attentats de Paris et l'identité de plusieurs d'entre eux. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Près de deux semaines après les attentats sanglants du 13 novembre, l’enquête judiciaire en cours comporte encore de larges zones d’ombre. À ce stade, policiers et magistrats ignorent le nombre précis de djihadistes et/ou de complices qui ont participé aux opérations. Une chose est sûre, neuf terroristes sont morts le soir même ou dans l’opération de police menée le 18 novembre à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), et Daech a évoqué un commando de huit djihadistes dès le lendemain dans un communiqué de revendication.