L’attrait de l’enseignement privé se confirme, au détriment de la mixité

Par

L’enseignement privé se porte toujours aussi bien, même s’il ne connaît pas de progression fulgurante. Il bénéficie des difficultés du public et élargit son assise au-delà des classes aisées. Conséquence: les inégalités sociales se creusent, sans que l’exécutif n’agisse pour limiter la casse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’une des conversations préférées des parents dont les enfants, scolarisés dans l’enseignement public, vont entrer au CP ou en sixième. Faut-il faire basculer leur progéniture dans le privé ? Le niveau de l’établissement public du quartier correspond-il à leurs attentes ? L’ambiance de travail y est-elle suffisamment sereine ? Leurs enfants bénéficieront-ils des meilleures conditions pour progresser dans leur apprentissage ?