«Gilets jaunes»: perdre son rond-point et recommencer

Par

Le rond-point des « gilets jaunes » de Crolles, dans l’Isère, vient de tomber. Comment se projeter dans l’avenir, sans « camp de base » ? Touchés mais pas coulés, ces militants sortis de l’œuf il y a deux ans se demandent comment tenir face à la succession de crises que le pays traverse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Crolles (Isère).– À la télévision, mardi soir, Emmanuel Macron donne sa feuille de route pour les deux mois à venir. Élodie Leclainche, vendeuse de savons sur les marchés, de l’autre côté de l’écran, rit nerveusement, se tord les mains et ne souhaite qu’une chose : pouvoir retravailler le plus vite possible.