Conflits d'intérêts: Sarkozy sommé d'agir

Par et
Nicolas Sarkozy promet une loi et devra piocher parmi les mesures, parfois radicales, recommandées par la commission sur les conflits d'intérêts. Dans la liste: l'obligation pour 4.000 responsables publics de remplir une déclaration d'intérêts, et la création d'une Autorité de déontologie pour les éplucher.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nicolas Sarkozy avait-il imaginé que la commission sur les conflits d'intérêts, promise en pleine affaire Woerth-Bettencourt, frapperait aussi fort? Dans le rapport qu'ils ont remis à l'Elysée mercredi 26 janvier, les trois «Sages», encouragés par le scandale du Mediator et la révélation de liens incestueux entre autorités sanitaires et laboratoires, recommandent d'imposer une déclaration d'intérêts à 4.000 agents publics et de créer, pour les éplucher, une Autorité de déontologie dotée d'un pouvoir d'injonction («abandonnez tel dossier», «renoncez à tel droit de vote»), s'imposant même aux ministres.