Patrimoine: 296 élus sont rappelés à l'ordre

La commission pour la transparence financière de la vie politique pointe dans un rapport toutes les zones d'ombres des revenus des élus qu'elle tente de contrôler : frais professionnels transformés en compléments de rémunérations, prêts sans intérêts, déclarations de patrimoine rendues trop tardivement... Pour Mediapart, son président commente. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La commission pour la transparence financière de la vie politique se rebiffe. L’institution, chargée de vérifier que ministres, élus et dirigeants d’entreprise publiques ne se sont pas indûment enrichis pendant leur mandat, tente de démontrer dans son quinzième rapport, publié mercredi au Journal officiel, qu’elle n’est plus une « commission alibi ». (Voir notre enquête à ce sujet.)

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal