Valls et Hollande tentent de sauver leur réforme constitutionnelle

Par

Le premier ministre a proposé mercredi matin une nouvelle rédaction de la réforme constitutionnelle. But de la manœuvre : éviter la stigmatisation des binationaux rejetée par une grande partie du PS et amadouer la droite. Le succès est loin d’être garanti.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À la porte de la salle de la commission des lois, une fidèle collaboratrice de Jean-Jacques Urvoas est un peu déboussolée. « On vient de l’apprendre ! » Il est neuf heures trente ce mercredi matin, et c’est officiel depuis peu : alors que l’examen de la réforme constitutionnelle par les députés doit débuter deux heures plus tard, son patron, l’influent président de la commission des lois de l’Assemblée nationale Jean-Jacques Urvoas, part remplacer Christiane Taubira au ministère de la justice.