A Saint-Nazaire, une «génération intérim» très précaire

Malgré des carnets de commandes remplis pour les prochaines années, de nombreux travailleurs des chantiers navals de Saint-Nazaire n’ont d’autre horizon que le travail temporaire. Passage obligé pour beaucoup de jeunes ouvriers, ce travail temporaire finit souvent par durer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis 2006, le travail ne manque pas sur les chantiers de Saint-Nazaire. En mars dernier, le plus gros paquebot du monde (Symphony of the seas) a été livré à l’armateur américain RCCL, sous les acclamations de la presse qui s'est félicitée des millions d’heures de travail créées. Bastamag s'est rendu sur place. Et l'envers du décor est bien moins rose qu'il n'y paraît.