FN - Droite populaire, les concurrents qui pourraient devenir alliés

Par

Eux estiment incarner une «droite de conviction» qui «défend le peuple». Elle aspire à faire du FN un «pôle de rassemblement patriote». Entre les 44 députés de la Droite populaire et Marine Le Pen, il n'y a qu'un fil. L'aile dure de l'UMP est-elle, comme elle le prétend, une «digue» contre le FN, ou une passerelle? Pour Christian Vanneste, «la balle est dans le camp de Marine Le Pen».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je ne connais pas le Front national, Madame! Nous, nous n'en parlons pas! Je n'ai pas besoin du FN pour penser! Vous me faites chier avec ça!» Comme ses camarades de la Droite populaire, Jacques Myard, député des Yvelines, n'aime pas qu'on lui parle de la proximité, au moins idéologique, de l'aile droite de l'UMP avec le Front national.