La réforme pénale de Taubira est mal partie

Par

La future peine de probation, poussée par la ministre de la justice, vise à ne plus rendre l’incarcération systématique pour les petits délits. Il s'agit de construire de nouvelles alternatives à la prison après une décennie de lois ultra sécuritaires. Bien qu’assez prudente, la réforme pénale de Christiane Taubira a toutefois du plomb dans l’aile même si cette peine de probation existe déjà dans plusieurs pays européens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déjà annoncée par Christiane Taubira en juin 2012, dès son arrivée Place Vendôme, la création d’une peine de probation comme alternative à la prison a fait son retour cet été et a donné lieu à une passe d’armes remarquée entre la ministre de la justice et son homologue de l’intérieur Manuel Valls.